samedi 1 avril 2017

LA "BÊTE".


J'ai le souffle en souffrance,
Douloureuse affliction, que diable,
Mais je garderai mon arrogance,
Dans ta géhenne insupportable.

Quel est donc ce génie du mal,
Qui me détruit sans vergogne,
Me promettant un avenir extrémal,
Aussi tenace qu'Excalibur, cette charogne.

Elle porte un nom si laid et si long,
Qu'il me plait de ne pas la nommer,
Elle qui m'entraîne dans son tourbillon,
En douloureux moments de l'affronter.

Et même si elle gagne du terrain,
Jamais je ne baisserai pavillon,
Toujours, j'y mettrai un frein,
Vivre à fond pour mille raisons.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire